Immigration, démesure et victimisation

Rédigé par Aurélien - - Aucun commentaire

« La démesure nuit à la Suisse. ». Vous avez certainement aperçu ce slogan accrocheur sur une des innombrables affiches qui envahissent notre quotidien. Et peut-être vous êtes-vous dit, que... ce n'est pas si faux finalement. C'est vrai, nous sommes confrontés à des problèmes de manque de logements, de saturation des transports publics et de bétonnage du territoire... et puis, toute cette immigration, tous ces gens que l'on ne comprend pas toujours qui viennent grossir toujours plus la population helvétique, ça n'arrange pas les choses, bien vrai, non ?

Mais n'oublions pas de différencier immigration et... immigrants. Il est difficilement niable que l'immigration que nous connaissons cause de nombreux problèmes. Mais croyez-vous que tous ces gens qui se pressent à franchir les frontières de cette bonne vieille Helvétie le font par gaité de coeur ? Vous verriez-vous, vous qui vous plaisez si bien dans ce coin de pays, plier bagage juste pour aller tirer profit d'un pays étranger ? J'en doute. Ce qui n'est pour certains qu'une «masse», ce sont avant tous des personnes, des hommes et des femmes victimes d'une société en crise qui n'a que faire de simples humains. Cela pourrait être vous et moi, mais le hasard a voulu que nous ayons vu le jour sous le ciel d'un pays relativement épargné par le chômage ou par la guerre.

Dès lors, faut-il punir les victimes du système ? Faut-il accepter les gens qui «sont utiles à notre économie» et refuser les autres ? Allons-nous barricader notre petit ilot de prospérité en laissant le reste de l'Europe et de l'humanité se débrouiller ? (Ils n'avaient qu'à mieux travailler, après tout...)

Si nous cherchions plutôt à lutter contre les vrais coupables ? Ils sont multiples, mais ceux qui cherchent précisément à réguler l'immigration n'y sont pas étrangers. En effet, ce sont les mêmes qui prétendent lutter contre la démesure et qui défendent becs et ongles les milieux économiques aspirant à toujours plus de croissance. Ce sont toujours eux qui se présentent comme défenseurs du pauvre peuple mais ne se gênent pas de sourire en signant des accords de libre-échange avec des pays qui, justement, méprisent le peuple. Ce sont encore eux qui sont toujours là pour défendre les spéculateurs qui contribuent à la prospérité suisse sur le dos de peuples étrangers.

Le vrai coupable, c'est le système économique, qui ne cherche qu'à créer de la croissance au mépris de la civilisation. Mais il est plus simple de s'attaquer à des migrants qu'à un système puissant, n'est-ce pas ? Tout comme il est plus facile de se considérer comme victimes innocentes que comme coresponsables.

Fil RSS des articles de cette catégorie